Le Refuge

Notre histoire


Tout a commencé autour de la première biennale de la transidentité, organisée par le collectif Sui Generis à Neuchâtel en 2019, premier événement de cette envergure en Suisse romande qui a réuni les spécialistes de la thématique et a suscité l’engouement des personnes concernées, trop longtemps invisibilisées dans la région.


Face aux regards de la société et aux difficultés posées par les parcours de transition, la communauté trans* a ainsi pu exprimer son besoin d’avoir un lieu où trouver du soutien, où cultiver le partage et échanger en toute sécurité. Ce besoin de bénéficier d’un espace de parole sécure et d’un accompagnement adéquat a également émergé parmi les membres de l’association Togayther.


Dans ce cadre, Cécile Guinand, docteure en lettres, théologienne, députée au Grand Conseil et membre du comité de Togayther, s’est impliquée pour faire connaître les besoins de la communauté LGBTIQ+ dans la société neuchâteloise. De nombreuses situations peuvent certes évoluer à travers un accompagnement de groupe ou un suivi individuel, mais elles dépendent également des rapports avec l’entourage, avec les milieux scolaires et de formation, avec la sphère du travail, avec les professionnel.le.x.s de la santé, avec les administrations, etc.


Pour répondre à cette demande, Aline Tatone, psycho-sexologue spécialiste des thématiques LGBTIQ+ et présidente du collectif Sui Generis, a créé cinq groupes de parole : gay, lesbien, trans, jeunes trans et parents, qui comptent aujourd’hui plus de 100 participant.e.x.s dont 60 personnes trans. Elle a également mis en place des intervisions pour les professionnel.le.x.s de la santé afin de développer une meilleure prise en charge des patient.x.e.s LGBTIQ+, particulièrement des personnes trans.

Formé aux thématiques trans* et vivant lui-même un parcours de transition, James Alzetta s’est impliqué pour apporter son expertise ancrée dans l’expérience lors des interventions auprès des écoles et des institutions. Il est également devenu un répondant du Refuge auprès des jeunes en questionnement sur leur identité de genre.

Axée avant tout sur la santé psychique et l’insertion sociale des jeunes LGBTIQ+, l’approche du Refuge-Neuchâtel est unique dans le Canton et apporte un complément essentiel aux politiques publiques en matière de santé sexuelle.


Le Refuge-Neuchâtel développe une offre analogue à celle des structures subventionnées d’autres cantons romands (Checkpoint Vaud, Refuge-Genève) et bénéficie de l’expertise rare et recherchée d’Aline Tatone. Ses compétences sont reconnues par les spécialistes universitaires des thématiques LGBTIQ+ et par les professionnel.le.x.s de la santé qui participent à ses intervisions.


Entre 2019 et 2021, les prestations offertes par Aline Tatone, Cécile Guinand et James Alzetta ont été sollicitées et saluées par plusieurs services publics du Canton et des Communes.

Notre comité


Notre comité se compose de James Alzetta, président du Refuge-Neuchâtel, Corinne Berthoud-dit-Gallon, trésorière, Sylvan Berrut, Emilie Remonnay, et Christian Weinland-Wilken. Aline Tatone est intervenante externe, et s’occupe des groupes de parole, des médiations, ainsi que des formations. Cécile Guinand est notre collaboratrice administrative.


Où nous trouver ?

Nous possédons dorénavant un local, situé à quelques minutes de la gare de Neuchâtel. Il se trouve à la rue des Sablons 50, 2000 Neuchâtel. Nous vous y recevons sur demande, et lors des événements que nous organisons.